Structure du groupe

 

Global-Bioenergies-groupe-industrielGlobal Bioenergies S.A., créée en octobre 2008 à Evry, évolue vers la constitution d’un groupe industriel. La société détient à ce jour trois filiales :

 

  • Ales-Global-BioenergiesGlobal Bioenergies GmbH, détenue à 100%, est une société de droit allemand basée à Leipzig, avec pour première mission la construction sur la raffinerie de Leuna du démonstrateur industriel, puis son exploitation. Elle évoluera vers une activité de services en ingénierie spécialisée dans la fermentation gazeuse. Les sociétés IBN-One, IBN-Two, IBN-n, exploitant le procédé Isobutène devraient être ses premiers clients. Elle est dirigée par Ales Bulc, un manager expérimenté dans le domaine de l’ingénierie et la construction d’unités industrielles.

 

  • Bernard-CHAUD-Global-BioenergiesIBN-One S.A., créée dans un premier temps comme une filiale 100% de Global Bioenergies S.A., a été convertie en mai 2015 (par augmentation de capital) en joint-venture détenue à parité par Cristal Union et Global Bioenergies. La société a obtenu de Global Bioenergies une licence d’exploitation du procédé isobutène pour l’exploitation d’une usine de 50 000 tonnes. IBN-One a pour mission de lever les fonds pour construire et exploiter cette première usine commerciale, en France. Elle est dirigée par Bernard Chaud, un vétéran de l’industrie ayant également passé plusieurs années au ministère de l’agriculture.

 

  • IBN-Two GmbH vient d’être créée à Munich en Allemagne. Elle a vocation à fédérer autour d’elle les industriels allemands pour aboutir au financement, à la construction et à l’exploitation d’une première usine productrice d’isobutène biosourcé en Allemagne.

 

Global Bioenergies compte répliquer ce modèle de création de filiales, chacune en charge de construire et d’exploiter une usine. Dans chaque cas, une première levée de fonds permettra de financer l’ingénierie de l’usine, et une deuxième levée de fonds permettra de financer la construction et le démarrage. Global Bioenergies S.A. ne devrait conserver qu’une part minime du capital de ces filiales, et intervient plus comme licencieur et organisateur que comme actionnaire.