Historique

Global Bioenergies a été co-fondée en 2008 par Marc Delcourt, un entrepreneur du domaine des biotechnologies, et Philippe Marlière, le concepteur du programme. La société s’est développée en plusieurs phases.historique-global-bioenergies

 

Première phase – Preuve de concept

Dans une première phase, Global Bioenergies est parvenue à réaliser un premier prototype à l’échelle du laboratoire, validant ainsi le concept fondateur de sa technologie.

fermenteur-1litre

 

La Société a également construit les bases de sa propriété intellectuelle, et détient les droits exclusifs sur un portefeuille de brevets en constante évolution.

brevet-global-bioenergies  

Deuxième phase – Développement en laboratoire

Dans une deuxième phase, et après avoir procédé à l’introduction en bourse de la société sur Alternext, la société a développé le procédé à l’échelle du laboratoire. Elle continue encore aujourd’hui d’en optimiser les performances.

 

fermenteurs-laboratoire-isobutene-global-bioenergies

   

Troisième phase – Industrialisation

La troisième phase, démarrée avec la levée de fonds de 23 millions d’euros réalisée mi-2013, a été consacrée à l’industrialisation : Un pilote industriel d’une capacité de production de 10 tonnes d’isobutène par an a été installé sur le site agro-industriel de Pomacle-Bazancourt, près de Reims.

Programme BioMA+ : collaboration avec Arkema et le CNRS. Démarrage en octobre 2013 pour trois ans. Financement de l’Etat (programme Investissements d’Avenir) à hauteur de 5,2M€, dont 4,0M€ pour Global Bioenergies. Objectif : mettre en place une nouvelle filière pour convertir du sucre en isobutène puis en acide méthacrylique, un composant clé des peintures acryliques.

pots-peinture

logo-arkema logo-ademe logo-cnrs logo-investissements-davenir

Pleinement opérationnel depuis début 2015, ce pilote a déjà permis d’acclimater le procédé en environnement industriel, à une échelle 10 fois plus importante qu’en laboratoire. Des premiers lots d’isobutène ont été convoyés en containers pressurisés vers Arkema.

Un démonstrateur industriel d’une capacité de production de 100 tonnes d’isobutène par an est en construction sur le site de la raffinerie de Leuna, en Allemagne, et démarrera ses activités en 2016.

 

dessin-pilote-leuna-global-bioenergies

© Fraunhofer CBP Leuna, Germany

 

 

Son financement a été assuré par une subvention de l’Etat allemand de 5,7M€ et par un prêt de 4,4M€ émanant d’un consortium de banques françaises. Ce démonstrateur constitue la dernière étape de l’industrialisation du procédé isobutène.

   

Quatrième phase – Commercialisation

logo-IB-ONELa quatrième phase, dédiée à la commercialisation de la technologie, commence à peine. Déjà, la perspective d’installer en France une première usine de pleine taille prend une tournure concrète : Global Bioenergies et Cristal Union, le n°2 du sucre en France, ont formé en mai 2015 une Joint-Venture, co-détenue à parité.

« IBN-One », a obtenu de Global Bioenergies la concession d’une licence d’exploitation du procédé isobutène pour une production maximale de 50,000 tonnes par an. IBN-One a pour objectif de réunir progressivement les fonds nécessaires à la réalisation de l’ingénierie puis à la construction de l’usine. Les industriels des secteurs de la chimie et des carburants, ainsi que les pouvoirs publics, seront amenés à contribuer à l’émergence d’IBN-One.

 

En Europe et aux Etats-Unis, les avantages fiscaux associés aux biocarburants permettraient d’atteindre la profitabilité, pour quelques premières usines, dès un prix de pétrole à 50$ le baril.

Dans un deuxième temps, quelques dizaines d’usines produisant chacune 50,000 à 200,000 tonnes d’isobutène, de butadiène ou de propylène, seraient exploitées de façon profitable sur les marchés des plastiques et des caoutchoucs. Un prix du pétrole à 85$ le baril serait nécessaire. Ces usines assureront la croissance profitable de Global Bioenergies, qui recevra de chacune d’elles paiements d’étape et redevances. Installées en zones rurales, ces usines représenteront chacune une cinquantaine d’emplois directs et non délocalisables.

A plus long terme, une fois le pic pétrolier atteint et le prix du pétrole installé au-dessus de 150 dollars le baril, le procédé isobutène pourrait devenir incontournable.

L’isooctane, produit par condensation de deux molécules d’isobutène, est une véritable essence pouvant être mélangée à l’essence fossile sans limite de proportion ni altération de propriétés.

schema-isooctane-FR

La production de carburants « drop-in » laisse entrevoir la continuité des filières au-delà de l’épuisement du pétrole, et fait disparaitre la nécessité d’installer des infrastructures supplémentaires pour le stockage, le transport, ou la distribution. Un monde nouveau, décentralisé et plus respectueux de l’environnement, se mettra progressivement en place.

Le constructeur automobile allemand Audi a déjà souscrit à cette vision.

 

Accord industriel audit Global Bioenergies

 

Si cette vision se réalise, le procédé isobutène de Global Bioenergies pourrait être à l’origine de centaines, voire de milliers d’usines qui modifieront en profondeur le paysage industriel mondial.